mercredi 14 décembre 2011

Let's talk about sex!

Il y a quelques années, j'ai eu quelques difficultés à convaincre mes grands élèves de prépa que les photos aguichantes de jeunes femmes épinglées sur les murs de leur salle attitrée n'étaient pas seulement tout à fait déplacées dans un établissement scolaire, mais reflétaient aussi une attitude sexiste d'objectification des femmes. Je pense qu'une proportion non négligeable d'entre eux m'a simplement cataloguée "mère la pudeur".

Les résultats d'une étude menée par des universitaires anglais me conforte dans l'idée que ces publications dites "presse pour hommes" sont vraiment nocives, surtout quand elles sont le socle de l'éducation sexuelle des jeunes garçons. La frontière entre ce qu'on appelle "porno soft" et les déclarations d'hommes condamnés pour viol est imperceptible pour la majorité des gens, en particulier des hommes. Cela fait froid dans le dos!



Anna van Heeswijk, Campaigns Manager for OBJECT, a human rights campaign group which campaigns against the objectification of women, said: "This crucial and chilling piece of research lays bare the hateful messages which seep out of lads' mags and indoctrinate young men's attitudes towards women and girls. When the content of magazines aimed at teenage boys mirrors the attitudes of convicted rapists, alarm bells must ring.

lundi 12 décembre 2011

Relax!

"You should do nothing to decrease the tension before making a big speech. If anything, you should seek to increase it."

Photo du Guardian

S'appuyant sur ce conseil d'Enoch Powell, tribun raciste britannique de sinistre mémoire, le Premier Ministre Cameron se serait retenu d'aller pisser pendant les négociations avec ses homologues européens la semaine dernière.

He should have known no good can come from taking a leaf out of Powell's book, and he should have taken a leak instead!

vendredi 9 décembre 2011

Noël, hélas!

Je savais bien que c'était une erreur d'allumer le poste réglé sur France Inter. Ce matin à 8 heures et des brouettes, marronnier sur les jouets, avec une interview de petit bout, à la gouaille péremptoire, le genre d'exercice qui a fait nos délices grâce au micro de Caroline Cartier.
Las, nous avons eu droit à une sorte de Bidochon Junior, sexiste ("les filles seraient incapables de maîtriser le coffret StarWars de Lego") et poujadiste (" la politique, la politique, j'en ai ras le pompon"), propos complaisamment relancés par le journaliste, que j'ose à peine dénoncer, mais qui officie parfois le week-end.
Il va falloir faire quelque chose pour changer de station!

vendredi 2 décembre 2011

Touching testimony

Un discours lisse, mais convaincant:

Final credits

Lassée d'entendre de la pub nous vanter l'esprit de solidarité entre patrons et la générosité des compagnies d'assurances, ou tenter de nous faire compatir au triste sort des professions libérales ne sachant comment mettre leur butin à l'abri, j'avais abandonné la matinale de France Inter. Mais par hasard ce matin j'ai entendu Patrick Cohen rendre l'antenne en remerciant la réalisation et l'équipe technique par leur nom, puis une théorie de ses "assistants" qui n'avaient que des prénoms, et enfin "Andréa pour le café".
Qu'est-ce qui te vaut, Andréa, de te trouver dans les couloirs et les studios de Radio France? y as-tu une mission plus excitante que de porter son café à M Cohen et à son équipe? Serais-tu "une stagiaire"?
C'est ce que je me suis demandé en songeant à ma Chloé en pleine chasse aux stages....

mercredi 30 novembre 2011

Gâteau en chaîne...

Oubliez les chaînes qui vous promettent joie et prospérité si vous encombrez la boîte d'assez de victimes, le bookcrossing qui permet à de pauvres bouquins de finir en chiffon mouillé sur des bancs publics, le postcrossing qui fait atterrir sur le pas de votre portes d'innommables portées de chatons pelotonnés dans des paniers fleuris....
Voici le "Herman cake", héritier d'austères moeurs Amish, qui reprend vie outre-Manche : il s'agit de partager le levain qui servira à faire cuire une brioche nommée Herman, et qui, par la magie de la culture, sera à son tour divisé entre de nouveaux amis pour régaler des dizaines de voisins, petits et grands.

Sounds like a great idea, and a good metaphor for some important things that our consumer society tends to lose sight of: culture, knowledge, anything that you grow or make are renewable sources of pleasure and satisfaction. You take pleasure and derive satisfaction from them, and still can share with others, without depleting the original. The plant you have given a cutting from lives on, the song you have taught is still yours to sing.

mercredi 23 novembre 2011

A walk in the park

La météo promettait de la pluie. Quelques heures de liberté lundi matin avant de rentrer, j'ai tenté le coup, après avoir glissé mon parapluie dans mon sac.

Et voilà,  un petit dans Central Park avec les gingko jaunes et les érables rouges, un ciel gris argent, la magie de New-York fait effet!

samedi 19 novembre 2011

The rhythm of hope

is what keeps these beautiful people's hearts beating: the dancers' radiant faces after the premiere at the Joyce SoHo Theater in NYC.

dimanche 13 novembre 2011

La vie des bêtes (bis)

Depuis quelques jours je me suis déconnectée de mon quotidien : un autre continent, un autre rythme sévèrement décalé, une autre langue, et un autre lien au monde extérieur. Mon expérience de ce petit bout d'Amérique est étroite et courte, il serait exagéré d'en tirer des conclusions, mais j'ai l'impression de commencer à comprendre un peu pourquoi nos amis nous semblent si incroyablement, si désespérément indifférents à ce qui se passe en dehors de leur sphère.

It would probably take a few hours to put into words how I got this feeling, so I won't bore you and/or make a fool of myself with possibly preposterous theories. Instead I'll just say
HURRAH!
for the good news I saw this morning of Berlusconi's resignation,
and I'll add this little pic taken the other night in the streets of Chicago: didn't have time to catch the raccoon's face, unfortunately.


lundi 7 novembre 2011

La vie des bêtes

Vous connaissez les taupes; ce sont de petits animaux qui n'ont pas une image très reluisante, elles évoquent l'espionnage, à cause de leur mode de vie souterrain (mais elles ne dédaignent pas non plus les sous-marins, paraît-il!).
Malgré tout, la couleur dite "taupe" est extrèmement tendance, et c'est celle de ce pull terminé à temps pour un voyage dont je parlerai plus tard.

Pour honorer une taupe qui se reconnaîtra, même si elle est très miro, et pour rendre hommage à son goût exquis en matière de jeux de mots, je vous présente "taupe modèle" : ce n'est pas trop son style, ni ses couleurs, en général plus flashy, mais je sais qu'elle appréciera.

lundi 31 octobre 2011

Nous sommes tous les autres...

ceux qui luttent au quotidien dans un environnement économique terrorisant, qui ont l'impression que d'autres ont joué au poker pour ensuite leur laisser les pertes à éponger, que la finance mondialisée est devenue un monstre hors de contrôle.

Sur ce blog collectif de gens qui se rapprochent du mouvement "Occupy Wall Street", on lit des billets émouvants et simples de gens qui décrivent le chaos qu'est devenue leur existence aujourd'hui: ils disent "we are the 99% percent", l'immense majorité qui demande des comptes à l'infime minorité qui a mené le monde dans ce merdier.

samedi 22 octobre 2011

Mea culpa!

Jour de repentance? et de quoi? d'être si négligente à poster mes impressions passagères ou mes réalisations tricotesques sur cette plateforme un rien narcissique?
Non, ce dont je me repens aujourd'hui remonte plus loin que le mois dernier, et j'en ai pris conscience ce matin en jetant un oeil sur Facebook:
As a typical fiftysomething, I used to eye tattooed and pierced people with a little wariness and, quite frankly, a touch of bourgeois disgust. How could one do that one's body? what strange notion of beauty could lead anyone to enlarge their earlobes to the size of saucers or adorn their nostrils with a serried rank of metal rings?
But no longer. And I am not even sure when or how it's happened. Maybe a remark made in passing by my daughter a few years back hit home, and then I forgot about it. I was being intolerant, she said.
I felt hurt, but realized she was right.

Je promets de ne pas m'évanouir si elle arrive avec une araignée tatouée dans le cou!

dimanche 2 octobre 2011

Macho, t'es foutu

Un message à mes ami-e-s et collègues qui se lamentent en arpentant le pavé d'un pas lent et las, les jours de manif, et soupirent après le "bon temps" où on s'égosillait à hurler des slogans entre les hauts murs des immeubles en sautant gaiment: vous avez raté une bonne occasion de retrouver cette ambiance de revendication joyeuse en n'étant pas à Aix ce samedi après-midi pour la Marche des salopes (slutwalk).

On peut penser ce qu'on veut (et pas forcément que du bien, moi la première) du côté superficiel, phénomène de mode, bulle de buzz de ces manifestations, mais mettre dans la rue des jeunes femmes et bon nombre d'hommes aussi qui se déclarent féministes et entendent le faire savoir, ça ne peut pas faire de mal.

There were about a hundred of us, which may not sound like much, but is the same number as attended the Paris SlutWalk on the same day, and I hope a few of the people who watched us chant our way down main thoroughfare of the posh shopping centre got the message :
MY DRESS IS NOT A YES


QUAND JE DIS NON, C'EST NON






















An added bonus for me was to meet Verobirdie for the first time IRL: I've been a follower of her blog for many months now. On an impulse, she decided to come and join the march, and it was an unexpected pleasure to find her there.

dimanche 25 septembre 2011

Et maintenant on va où?

A few months ago "Incendies" had made a lasting impression on me: it was a heart-rending account of the civil war in Lebanon, masterfully filmed by a Canadian director. Yesterday we went to see "Where do we go now?", on the same topic, but in a very different style. It is a strange mixture of slapstick, romantic comedy and even musical, which reminded me at times of the golden era of Italian cinema in the seventies. 
The message about religion is clear, but comes across in a subtle way: it is the problem, and part of the solution, but even after the priest and the imam have joined forces, the question remains : "where do we go now"?

Un film au charme un peu désuet, tendre, très féminin, décalé, dont on sort ému, mais le coeur léger.

samedi 17 septembre 2011

Baring it all

Dans le style (un peu éculé, c'est vrai) des calendriers qui ont fleuri dans les années 2000, des profs se dévoilent pour protester contre le dépouillement de l'école publique.


I sympathise with these techers' feelings of disillusion and revolt,  even though I have managed to jump ship just in time, before losing the shirt off my back....

jeudi 1 septembre 2011

Effort de guerre


A fun dig at gender role stereotypes, and my favourite actor: Cary Grant with pointy sticks.



Je ne sais pas trop de quoi parle ce film de 1943, où Cary Grant tente visiblement de taper l'incruste dans une ligue patriotique féminine, mais j'adore le moment où le chauffeur rentre à la base partager avec ses acolytes à l'air légèrement mafieux les joies du tricot (et pourtant il n'en est qu'à la maille endroit!)

mardi 30 août 2011

Si c'est un rêve...

Ce matin sur France Inter, nouvelle chronique "humour" :" le mâle chimpanzé dominant a le droit d'honorer toutes les femelles, ça fait rêver, n'est-ce pas Patrick?" (et le Patrick Cohen de rigoler doucement).

Ben moi, je dois être de mauvais poil, ça ne me fait pas rêver, ça me fait halluciner!

lundi 22 août 2011

The green knits of summer

Cette année, est-ce le temps humide qui s'est attardé longtemps au mois de juillet, l'été est très vert, au moins sur mes aiguilles: d'abord un châle tricoté en fil "glossy", d'une couleur presque agressive, mais qui finalement a fait le bonheur de ma nièce, dont le joli minois doré et la vivacité adolescente s'accommodent facilement d'une pièce qui attire l'oeil.

The pattern has a Japanese name, "eiki", which means strength, and was sold for charity after the earthquake. It's a pleasant project, and I think I will make another some time.

While he was here for a short break, my son requested a new pair of socks, and chose a skein from my stash in shades of green, grey and teal: the pattern is Jules, in a simple but effective waffle-stitch, which is neither too boring, nor too exacting...
Et c'est donc le modèle parfait à tricoter sur la terrasse en fin d'après-midi, quand la chaleur commence un peu à décliner...

jeudi 18 août 2011

Marchons.... (slutwalk)

A Aix le 1 octobre, comme à Berlin la semaine dernière, pour dire que les violences sexuelles ne sont pas la faute des femmes victimes, et que nous avons le droit d'être nous-mêmes et de dire non.



dimanche 14 août 2011

On m'a vue dans le Vercors....

Non, pas sauter à l'élastique, simplement profiter des plaisirs de la nature et revenir aux ancestrales pulsions du chasseur-cueilleur (surtout cueilleur, le distingué physicien ayant laissé sa pétoire à la maison).

La Chapelle-en-Vercors is a small  village right in the heart of the valley surrounded by the Vercors rocky outcrops. It is best known for being a focal point of the French Résistance and was burnt vitually to the ground by the Germans in 1944. There is a moving memorial to the 16 young men who were shot during a retaliation raid.

Profitant des deux derniers jours de beau temps avant les pluies annoncées par la météo, nous avons fait deux marches au départ de la Chapelle, ramassé force champignons, grappillé des framboises, et profité au retour à notre hôtel de la baignade en eau naturelle. Bien que l'hôtel ait été complet, le bassin avec sa douce couleur verte et les algues qui s'y trouvaient n'attirait guère les clients, et nous avons donc pu nous y plonger en toute tranquillité.

During the (very) long drive home, caught in the congestion of traffic heading back to the city, I was able to start working on a new pair of Jules socks.

samedi 6 août 2011

Tout est dans le style!

C'est la discrète et précieuse Christine qui m'a refilé le bébé! Il est joli, vous ne trouvez pas? mais un peu exigeant aussi.

Ses demandes ne sont pas toutes également embarrassantes: d'abord il veut qu'on parle de son escale précédente. Le blog de Christine, facilement identifiable par son intitulé, brille par la finesse de son style, la qualité de ses photos, et l'excellence de ses conseils pratiques, que ce soit la recette à se lécher les doigts ou le spectacle à ne pas manquer. Avec elle on apprend toujours quelque chose.

Et maintenant il faut dévoiler sept péchés, plus ou moins capitaux, sept secrets... et là, c'est un peu plus délicat
- d'abord je suis une grenouille, ce qui explique la présence chez moi de multiples effigies de l'animal, mais pourquoi je suis une grenouille, ça c'est un vrai secret secret...
- et puis je lis, pire, je suis abonnée à un "magazine féminin", la honte! bon  l'abonnement était gratuit avec un appareil photo, à moins que ce ne soit l'inverse...
- je suis sur Facebook (euh, c'est un peu moins secret depuis mon dernier post)
- j'ai suivi des cours d'allemand grand débutant avec Caroline de Monaco, mais comme elle est encore plus feignasse que moi, elle a arrêté au bout de trois mois, j'en ai tenu six
- en bonne mécréante, j'allume religieusement une bougie devant la statue de la vierge chaque fois que je visite une église (record battu à Reggio en juin, avec six lumignons, à la veille des résultats des concours  pour Cécile et Alex)
- je pique les serviettes de bain dans les hôtels (et je regrette bien qu'elles soient toujours toutes blanches!)
- on doit bien être à sept, non?

Maintenant il faut proposer à notre élégant ami sept autres destinations à décorer de sa présence:
 j'espère qu'ils/elles me pardonneront d'ainsi leur donner charge d'âme
Marion
Cynalune
Cristiana
Elisa
Meredic
Heather
Angus le chat

dimanche 24 juillet 2011

L'oeuvre au noir

Je ne sais pas trop pourquoi, mais la nouvelle de la mort d'Amy Winehouse m'a touchée ce matin, plus profondément que je n'aurais imaginé. Quelque chose dans ses chansons parle à toutes les femmes, peut-être. Alors on regarde les corbillards de la vidéo d'un autre oeil :

video
I know this may sound rather anecdotal when you think of the horror in Norway. Just another victim in a private tragedy, albeit one played out in the public eye, and probably made much worse by it, does not compare with dozens of deaths at the hand of a madman with his head full of extremist notions fuelled by the ambient xenophobia and hate. But still, I feel sorry for the woman.

mercredi 20 juillet 2011

I'm on Facebook (ou comment j'ai mangé mon chapeau)


Je vous ferai grâce de la sagesse populaire "Fontaine, je ne boirai pas..." et autres pépites de comptoir. Alors que s'est il passé?
Ce sont surtout les yeux humides de Sarah, le dernier jour de cours, et son petit mot sur la messagerie interne du lycée qui m'ont décidée; elle me demandait de ne pas oublier de m'inscrire sur Facebook, pour qu'on garde le contact.

If that sounds like a lame excuse, considering I could just have kept her personal email, maybe it is. But I think it is my dear friend from Hallett's mountain who got it right "you've finally fallen for it". Months of ignoring the lure, and one day you throw your principles to the wind.

Après deux ou trois jours de fréquentation de ce monstre honni, je me retrouve pourvue de huit amis (dont deux enfants et un amoureux), et à me poser la terrible question à chaque sourire de connaissance que me soumet le Réseau: "dois-je rester clandestine sur cette galère?"

mercredi 22 juin 2011

Hot fun in the summer time!

When the European Commission goes hot and viral, you might well think there's something wrong!
The video promoting the European Health Insurance Card looks like something straight out of a gay magazine, a bit like Putin's holiday photos, but more fun...


Pour une fois on n'a pas droit à des femmes à poil, le dieu grec qui susurre est très clairement à prendre au second degré, et je n'oublierai pas de demander ma carte européenne de sécurité sociale avant d'aller goûter aux délices des rivages européens du Sud.

Une pensée pour nos frères grecs, qui ont d'autres méduses à affronter!

mercredi 8 juin 2011

Swift, swap and socks

Not to mention the shawl, but I haven't got a picture of that yet.

My favourite physicist drew up all the plans, measured various skeins I have in my stash, calculated the interval between the pegs with a complicated graph, and went to buy the wood from the diy shop; he tried to be discreet about it, but had to let the cat out of the bag, since he had to consult me about the technicalities of skein behaviour.

C'est vrai que jusqu'ici, il tournait la manivelle et c'était moi qui faisait des moulinets avec les bras pour mieux pelotonner les écheveaux. Et maintenant, je pourrai me débrouiller toute seule grâce à ceci:


The red skein has been turned into this:



Et comme c'est la saison des swaps qui commence, sous la houlette d'une hyperactive de Ravelry, Patti, animatrice de Cyclical Swaps, j'ai participé à l'échange "Cup O'yarn", centré sur l'idée qu'on tricote plus heureusement une tasse de thé ou de café à portée de main.
Ma partenaire espagnole aime le violet, l'auriez-vous deviné en regardant ce que j'ai mis dans son paquet.

Of course silly me has forgotten to take pictures of the other two swap packages I have sent out: one to a fellow teacher in Sweden, and one to New-Zealand, containing  a lace scarf, and a few other bits and pieces.

Et les chaussettes? ce era pour la prochaine fois, promis.

mercredi 25 mai 2011

Soutenez les jeunes!

Voici quelques jours que je n'ai pas posté, et pourtant, que de choses à dire sur la folie du monde! plus d'une fois je me suis surprise à répondre vertement à mon poste de radio qui dans son innocence ne faisait que retransmettre la parole scandaleuse de machos sans état d'âme.... sans parler des promesses que je me réitérais de dire un mot des pratiques de nos pays européens si civilisés pour fermer la porte aux malheureux.



But this post is going to be about the smaller circle of my family: my son Marc is in the busking competition to win a slot in the London underground, and you can vote for him here. Hope you find him as worthy of interest as the nice party of Japanese kids that went past during his performance.

mercredi 4 mai 2011

Les amis de Georges

En général concurrence et compétition ne figurent pas au nombre de mes mots d'ordre, je ne suis pas scotchée sur mon canapé tous les quatre ans à regarder des gugusses enveloppés de drapeaux verser des larmes sur les podiums.

Le grand homme au nom duquel on a lancé ce concours ne partageait certainement pas davantage ces tendances compétitives, et pourtant....

saluons l'initiative de Joann Sfar, et vivent les moustaches...


J'espère que vous aurez pris le temps de goûter la reprise subtile et émouvante des Passantes par Tonycello, voire de voter pour elle.

mardi 26 avril 2011

Spring break (ter)

La semaine dernière j'ai découvert avec délice le monde du tambour africain (djembé), lors d'un stage de quatre après-midis organisé par la MJC locale. J'avais quelques appréhensions, pensant me retrouver avec des ados fringants, réactifs et vifs qui s'impatienteraient des lenteurs et des hésitations de vieilles dans mon genre. Ma collègue Véronique s'était elle aussi inscrite, et je savais donc que je ne serais pas la seule. Et puis finalement nous nous sommes retrouvées entre femmes entre 35 et 65 ans, sous l'égide d'un charmant professeur à la patience d'ange, et tellement passionné par sa mission qu'il était toujours prêt à prolonger les séances.

Thankfully, there was no recording of our efforts, and they sounded dreadfully amateurish, but it was so pleasant to drum away together that I have decided to take up the activity next year, and buy myself a drum. I'm sure the neighbours will be delighted!.

lundi 25 avril 2011

Spring break (bis)

Another great thing about the school break is we can catch up with some of the films we don't find the time for during term time.
And so we went to see an amazing Iranian film by woman director Shirin Neshat "Women without men".  There is no real "story", the four main characters  are constantly crossing an invisible border between dream and reality, the photography is absolutely magnificent, the soundtrack too, rich and precise, down to the gritty muezzin's call that opens the movie. You might find the visual quotations a little heavy-handed at times, but it is a truly moving work, thanks to, or in spite of its aesthetics.

samedi 23 avril 2011

Spring break

Plus d'un mois sans rien dire, le nez dans le guidon, des semaines que j'ai l'impression d'avoir passé à décorer de rouge des rames de copies d'élèves, en négligeant certes quelques tâches domestiques, mais sans me priver totalement du réconfort cathartique des aiguilles.
Et voici donc les réalisations des dernières semaines:
Un châle en alpaga doux et tendre, d'une couleur subtile et d'une forme originale (comme son nom): l'herbivore.
 Et puis pour attendre des journées moins grises et plus chaudes, un petit haut "hot", en Kilim de Plassard, un coton tellement vintage qu'on n'en trouve plus trace sur Ravelry, chiné aux Puces des couturières de Saint-Canadet en octobre dernier. Le modèle est une merveille d'adaptabilité, on le tricote par morceaux, sans coutures, sans échantillon, et sans angoisse, comme son nom (ANGST) ne l'indique pas.


Et puis il ne faut pas oublier de battre le rappel pour le festival "le lot et la laine" organisé les 9 et 10 juillet par Myrtille et ses copines. On y attend des pointures! et tous les détails sont ici.

mardi 8 mars 2011

100 ans déjà...

... coucou nous revoilà.

And can we even say "you've come a long way"? 
This morning in class my male students made disconcertingly macho comments like: "If men got pregnant, it would be damaging to the economy because of the loss entailed when they were on leave". He seemed to have overlooked that women work too, even if they don't always get paid for it.

Et que dire du collègue qui expliquait sans aucune gêne qu'il avait dû aller sur Google pour voir comment faire pour repasser ses chemises quand sa femme est partie en vacances sans lui l'an dernier...

Enfin, un petit clin d'oeil à une icône du macho à l'ancienne, avec la sublime voix de Judy Dench:


Joyeuse 100éme Journée Internationale des Femmes à toutes!

dimanche 6 mars 2011

Le retour

Coming home is hardly the best part of the holiday, even when it means finding a little sunshine after a week of wintry weather. There are the unpleasant surprises stepping on the scales, even though there is really nothing to be surprised about!

Soyons positif: il a fait mauvais assez longtemps pour trouver le temps de me tricoter ce petit béret très dans la note toscane, et il vaut mieux valoir les quelques grammes rajoutés sur la balance à de bons repas typiques dans les trattorie de Pise qu'à des grignotages de chips dans sa cuisine...

vendredi 25 février 2011

Spring sprung

And a few FO's to show off:

d'abord les chaussettes de mon jules:

and then my darling daughter's cabled cardigan, in a suitably neutral heathered grey that she can wear to work:

dimanche 13 février 2011

Belle ciao


Un salut amical à nos soeurs transalpines qui étaient dans les rues aujourd'hui par milliers, pour rappeler que les femmes sont des hommes pas comme certains autres, Dieu merci!

And we too could shout "If not now, then when?", when will women get equal pay or when will we truly have an end to gender-related violence?

samedi 5 février 2011

Rain

Hier soir nous sommes allés voir "Même la pluie". C'est l'histoire du tournage d'un film en Bolivie, qui rappelle par moments Aguirre ou Mission, mais qui télescope souvent brutalement réalité et fiction, passé historique et présent, idéologie et action.


Gael Garcia Bernal's angelic face reflects the naiveté of a director's good intentions, which are put to the harsh test of reality: the Indians' whose cause he wants to promote have jumped out of the film to march and blockade the streets, stopping the shooting of his film, and they are no longer fighting Columbus and his band of bloodthirsty invaders, but the multinational companies which are funding the movie.

C'est du beau cinéma, et pour une fois je n'ai pas trop râlé qu'il y ait un "happy end" (tout relatif, d'ailleurs): ça doit être l'âge qui fait son effet!

mercredi 19 janvier 2011

Fashion victim

Looking for a few original ideas to upgrade your wardrobe from smart enough to truly stunning? Here are a few examples of how you can look stylish at work, and even at a ripe old age, get away with wearing dazzling colours, not to mention the headgear (no, this is not about Her Maj).


Je crains fort qu'il n'y ait pas de soldes sur ces articles, hélas!

Courage et fraternité


En sortant de l'église de Linselles, les deux cercueils des jeunes gens morts au Mali la semaine dernière, après avoir été enlevés au Niger, étaient portés par leurs amis, au son de cette chanson de Bob Marley. Quel courage, quelle générosité de la part des familles de proclamer au monde entier à un moment qui doit être tellement cruel : non, il ne s'agit pas simplement d'un crime, d'un drame individuel, ces morts révoltantes s'inscrivent dans un cadre plus large, il faut les comprendre en pensant à toute la situation de pays abandonnés où tant de gens ont perdu l'espoir.

"Ils ont le ventre plein, et nous on meurt de faim. La faim est mère de la colère; la pluie tombe, mais la terre reste dure, nous avons les pots, mais rien à mettre dedans"

As a mother, it brought tears to my eyes to hear this song of forgiveness and hope as the families and friends gathered around the coffins of the young men so unjustly cut down.
 
Forget your troubles and dance
Forget your sorrows and dance
Forget your sickness and dance
Forget your weakness and dance




samedi 1 janvier 2011

Happy New Year

To welcome the new year, a few flowers from the garden: the winter jasmine is in bloom, a welcome touch of colour on dull winter days.

Et j'en profite pour ajouter des photos de deux réalisations noëlesques, portées par les récipiendaires. Malheureusement, j'ai oublié de tirer le portrait aux deux autres victimes.
Voici donc un Saroyan, pour ma mère, et un col Moebius de mon invention, pour mon "petit"dernier.