mercredi 27 février 2008

Et toujours des anges


Le trio est réuni: Karen, Elisa et Morigaine, les copines que le PIF dans sa grande sagesse m'a envoyées.
As Elisa says on her blog, it is not for want of jobs in the queue that we embrace things like this PIF exchange; but the rest will wait, not heaven (and its angels).

dimanche 24 février 2008

Angels to the rescue (2)

Now I am truly excited (not just copy-pasting the blurb off the ravelry site) that an angel has knocked on my blog door. I will start thinking about what will surprise and delight Shamu (except if she doesn't want a surprise, but somehow I 'm sure she will).

Yesterday morning we did some canvassing at the market. The last time I did this kind of thing was about thirty years ago, and in the comparatively secure environment of my university. It was amazing to get talking to "real people", (not students or intellectuals), some of whom are not interested, or have no time, or think that politics is a lot of bollocks anyway, and it felt like a victory when I managed to start a real two-way conversation.



Hier soir enfin, l'opération top-secret, nom de code 23/02, depuis deux mois objet de dizaines de mails entre les membres du TGGG: l'anniversaire-surprise de notre gourou, surnommé pour l'occasion le "vieux pape (du jazz)" par référence à un liquide rouge et alcoolisé qu'il ne dédaignerait pas, à en croire le "club d'oenologie ténors-basses" qui nous ont fait un sketch à mourir de rire.

Après un repas délicieux, car chaque membre des différents groupes vocaux avait mis son petit plat préféré dans un grand, nous avons eu droit à un petit spectacle genre " Hommage au chef" très réussi et émouvant. Quand j'aurai des photos je les rajouterai

vendredi 22 février 2008

A moi les anges!

I'm SO EXCITED to be involved in the Pay It Forward Exchange! I found out about it from the Ravelry site

Let me tell you about it, these are the instructions: "It’s the Pay It Forward Exchange. It’s based on the concept of the movie “Pay it Forward” where acts or deeds of kindness are done without expecting something in return, just passing it on, with hope that the recipients of the acts of kindness will do the same. (Not that I've heard about this film, and I suspect it's not the sort I would like anyway).

So here’s how it works. I will make and send a handmade gift to the first 3 people who leave a comment to this post on my blog requesting to join this PIF exchange.

I do not know what that gift will be yet, and it won’t be sent this month, probably not next month, but it will be sent (within 6 months) and that’s a promise! What YOU have to do in return, then, is pay it forward by making the same promise on your blog.

And, remember...you have 6 months to get your gifts done! Come on, you know you would love to be one of my angels. Then, one day, but you don't know when....you will get a gift that I have made especially for YOU!

Please remember, you don't have to knit or crochet to participate, anyone who can make a nice handmade gift is welcome to join :) Homemade jam, cakes and other goodies welcome! If Monty Python fans have a couple of shrubberies spare, I am game.

Et pour les non anglophones, un petit résumé: au lieu des chaînes du bonheur qui vous demandent d'encombrer les boîtes de 75 349 personnes avec le message qui sauvera la petite Lili d'une maladie mortelle autant qu'imaginaire, il vous suffit, cher ami(e) bloggueur (euse) de me poster un gentil commentaire me proposant de reprendre le flambeau du PIF, et vous recevrez dans les six mois (le cachet de la poste faisant foi) un objet réalisé de mes blanches mains.

Vous vous engagez ce faisant dans un engrenage diabolique (bien que ce geste vous ait rapporté le titre de "PIF angel" (ce qui vaut mieux que "ange du pif")): il vous reste à présent à envoyer un "Pif gadget" de votre fabrication aux trois premières personnes volontaires pour continuer.

Les non tricoteurs ont le droit de participer, tout objet fait-main fait du bien, même et surtout les colliers de nouilles.


mercredi 20 février 2008

No flowers for me, please!


This morning I picked a couple of daffodils to grace the kitchen table, since I have told my kids and lover that I don't want to be given bunches of roses and carnations any more; (not that I ever got masses of them, but the occasional red rose came to say something sweet).
Last week, for Valentine's day, we were reminded that the lovely flowers that are supposed to symbolise love and affection deprive human beings from land and water in southern countries like Kenya where they are grown, and from which they are flown at a massive cost for our environment.

J'ai donc fait le voeu de ne plus envoyer de fleurs à maman, mais je trouverai autre chose, qui ne condamne pas de pauvres gens à travailler pour des salaires de misère et des pays du sud à gaspiller leur eau à arroser des fleurs pour décorer nos maisons en hiver.
On attendra impatiemment le printemps, pour cueillir les premières jonquilles.

mardi 19 février 2008

C'est moi qui l'ai fait!

Vanitas vanitatum? On peut le voir comme ça. J'ai cédé à la tentation de me faire tisser des étiquettes pour marquer mes productions. D'abord il a fallu trouver le fabriquant qui propose des modèles assez originaux sans être ridicules ou neuneu (mais des goûts et des couleurs .....), et qui ne vous demande pas d'en commander des centaines.
Voici donc ce que m'a livré en un temps record et pour un prix très raisonnable "Il était une fois..." Le début de plein de jolies histoires, j'espère.


In among the various offers, which went from total naff to rigorously military regulation, I plumped for this very good French supplier, even though their frog symbol was not really up to scratch. So now I can finish off my gifts with my very own label.

dimanche 17 février 2008

Nicolas, tout ce que tu me fais!

Je cite un collègue physicien:
"Une leçon de pédagogie par notre président.
JT de TF1, le 15. C'est à 3 minutes 10.
Ecoutez bien notre président, qui « aide des jeunes de CM1 à se servir d'un dictionnaire », et qui lit « préjudice : tout ce que l'on fait à quelqu'un », là où il est écrit « tort que l'on fait à quelqu'un ».
On comprend tout : la nécessité de revenir aux fondamentaux lire-écrire-compter (il en a vraiment besoin), et la politique menée actuellement (tout ce qu'il fait nous porte nécessairement préjudice), la parole qui va plus vite que la pensée (même quand la parole est, comme ici, lente, mais y a-t-il pensée ?) et le contentement de soi, le sentiment que l'on a parfois, en le voyant parler, qu'il ne comprend pas très bien ce qu'il dit (le discours de Dakar, où il donne l'impression à celui qui le regarde qu'il découvre les mots en même temps qu'il les prononce).
La nullité crasse."
http://tf1.lci.fr/infos/media/jt/0,,3715308,00-journal-televise-fevrier-2008-20h-.html

The three Rs, as seen by the French president: he went to visit a class of Year 5 to publicise his revolutionary ideas about education. And to prove his point, he read an entry out of the dictionary: Préjudice (harm, damage) but he read the definition as "tout ce que l'on fait à quelqu'un" (everything we do to others) instead of "tort que l'on fait à quelqu'un" (harm we do to others).

There are two possible explanations : a) he cannot read; b) he can only cause harm to his fellowman.

mercredi 13 février 2008

Pour Paul


Was I beatifically optimistic this morning?
This afternoon as I slit open an old cardboard box left over from the Bagnères hoard, one that I had packed last, with bits and pieces of salvaged childhood, teenage, motherhood memories, it suddenly swept over me, the wave of sadness and loss, remembering my father's death a year ago.
A year ago I saw him for the last time, aware that the days were numbered, but full of hope that he could get away from his sick bed for a few days to feel the sun on his face and the freshness of the outdoors. And he said that the minutes of happiness together were so precious, even though they were just seconds now, while I sat holding his hand in mine.

Everyday good

J'avais oublié que les vacances c'est les vacances! (Pardon à tous ceux qui travaillent en ce moment et à qui cette tautologie semblera accablante de platitude voire insultante.)
Mais pour leur faire partager mon optimisme béat, et oublier la grisaille, voici une chanson vitaminée:
video

Half-term is a blessing: I had forgotten how enjoyable everything is with time on my hands (and you in my arms): dancing Monday evening, gardening and a cycling for an hour among the vineyards in the afternoon, a good film and a meal out yesterday, breakfast in bedand the prospect of a healthy, robust political discussion tonight at the platform meeting. This is the life.

I think I am even ready for a little housework this morning (with the iPod and Patrice, of course).

lundi 11 février 2008

The promised kiss of springtime


Half-term break: the right time to catch up on all the chores and tasks, paperwork and other boring stuff; why oh why has the weather turned bright and inviting? The chores will wait: I have spent the better part of the afternoon in the garden, bringing to light the shoots of spring bulbs that were still covered in fallen leaves ( that's how bad a gardener I am, not raking up all the dead leaves as soon as they fall). It is always so moving to find curled up tendrils of anemones drawing greeny-yellow arabesques on the ground, and the pointed little mauve tongues of botanical tulips peeking out in between the fat, glossy clusters of hyacinths. Hope it won't start freezing now that they're out.


Après moultes palabres, mon amoureux et moi avons enfin trouvé le modèle qui a) lui plait, b) me plait, c) devrait pouvoir se tricoter avec le stock de laine achetés en juillet dernier, et qui avait déjà connu quelques péripéties.
Ce sera un pull très simple, avec une torsade en forme de double hélice qui convient bien à un scientifique; voici où nous en sommes aujourd'hui:

Enfin, le printemps sera non seulement romantique et tendre, mais je l'espère chaud et revendicatif: à gauche toute.

vendredi 8 février 2008

Votez pour moi

Semaine riche après un week-end plein de sons et de soleil (regardé principalement par la fenêtre).
C'était le premier stage avec le choeur des 3 P (qualificatifs "respectueux" qui désignent le timbre recherché par le chef, et qui se terminent par "asse"). Autant dire qu'on est loin de la ferveur mystique, et pourtant on est d'une certaine façon dedans, paradoxe non résolu.
Entre les séances voix et chorégraphies, récréations apéro, goûter, café, et le samedi soir petit spectacle plus ou moins improvisé, où tout un chacun se lance en solo ou en duo.

Et puis les élections municipales approchent et pour mettre un peu mes actes en accord avec mes idées, j'ai ajouté mon nom à la liste 100% à gauche (soutenue par la LCR), qui essaye de montrer qu'un autre monde est possible. On s'appelle AIX EN LUTTES, passez voir le site qui commence tout juste.



And while waiting for a better world to be won by our struggles, I finished my red scarf (the colour is well suited to my mood): here is the fire queen, if you look closely, you might just catch the little glass beads knitted into the edges and here and there.

vendredi 1 février 2008

Progress report


Ce week-end les copies vont laisser place à des activités plus épanouissantes: stage chant qui s'annonce gai et arrosé. Avant d'aller concocter les petits cakes qui accompagneront le traditionnel apéro d'intronisation des nouveaux au TGGG, je poste ici un petit aperçu de la veste en Noro Iro commencée la semaine dernière.


The other WIP, a beaded scarf called "fire queen" after the beautiful "ice queen" that everybody seems to be knitting, is also coming on nicely, and I hope I can show off a photo of the finished object soon. My ravelry account has emerged from the dormant stage, and I have experienced the temptations of the community. A few hours have been spent foolishly, confess, checking out projects that I'll never have time to even consider starting.